Leurre dur, quel matériau?

Pour fabriquer un leurre dur, le commun des mortels dispose de deux matériaux, le bois et la résine. Le plastique ne pouvant être utilisé que par injection, sa mise en œuvre nécessiterait un équipement beaucoup trop coûteux et dangereux pour nous autres amateurs.

1. LE BOIS

couteau_japPlusieurs essences sont couramment utilisées, dont le balsa, le basswood, le sipo, l’érable, l’abachi ou samba, l’agathis et le cèdre rouge. Chaque leurre est sculpté au tour ou à la main à l’aide d’un couteau. Dans ce dernier cas, chaque leurre est unique dans sa forme.
Les couteaux de sculpteur sont extrêmement tranchants, ils doivent être manipulés avec précaution. Il est très facile de s’en procurer à petit prix chez Gaignard et Millon. Les plus réputés sont les couteaux japonais forgés par maître Hiro Masui ou bien ceux de Maru Kezuri Nomi.
D’autres modèles sont disponibles, notamment les couteaux russes Tatianka, ceux forgés par Stubaï en Autriche, les Pfeil fabriqués en Suisse ou les Woodsmith conçus dans l’Iowa. Pour débuter, on pourra se contenter d’un bon Opinel bien affuté (cocorico!).

Certains crafteurs japonais comme Masahiro Hiramoto vendent leurs leurres en bois entre 100 et 700$ l’unité. D’autres comme Tatsumi Endoh , moins coté, se contentent d’une gamme de prix de 100 à 150$. Le célèbre Hotshot (5 cm) de Isao Matsumoto atteint le prix exorbitant de 1500$ ! Encore plus fort, les fameux vairons en balsa enrobés d’aluminium de Kazuma Izumi se négocient entre 300 et 2000$ ! Ce sont de véritables objets d’art que pas un pêcheur n’oserait mettre à l’eau.
Source: Japanese Handmade Lures

2. LA RESINE

Dans la majorité des cas, les résines polyuréthanes auront la préférence des crafteurs. Les bavettes seront fabriquées avec des résines translucides de type « cristal » ou bien découpées dans des plaques de polycarbonate puis figées dans la résine.
Le point de départ est un cylindre de résine obtenu par coulage dans un tube PVC de 25, 32, 40, 50 ou 63 mm. Ce cylindre est ensuite limé et poncé jusqu’à obtenir la forme désirée (master). Un des avantages de la résine est qu’on peut facilement ajouter de la matière, ce qui n’est pas possible avec du bois. Une fois le master créé, on fabrique un moule en RTV.
Dans ce moule, on coule de la résine selon la méthode suivante :
      2.1 si le cône de coulée est situé sur le dos du leurre, on coule la partie ventrale avec une résine additionnée de charge composite lourde (micro ballons pleins coulants) puis la partie restante avec de la résine additionnée de charge composite légère (micro ballons creux flottants).
      2.2 si le cône de coulée est situé sur le ventre du leurre, on inversera l’ordre de coulée en coulant en dernier la partie ventrale.
En faisant varier la position du moule, les volumes et les densités des deux parties, on réalisera l’équilibrage du leurre (coulant ou flottant) sans l’aide d’un lest métallique.

Quel que soit le matériau choisi, la grande difficulté consiste à réaliser une symétrie longitudinale parfaite. Un outil spécial peut être utile pour tracer des symétries, il s’agit du trusquin mécanique (différent du trusquin de menuisier) que l’on peut bricoler soi même. L’outil sert notamment à tracer les coordonnées des yeux.

Vous avez fait votre choix du matériau ? Alors à vos couteaux, limes et papier abrasif…

logo_romanmadeSource image à la une : Roman Made Mother Natural de Roman Made Japan

Soyez le premier à commenter